dimanche, novembre 12, 2017

Polar de Victor Santos



Black Kaiser est un espion vieux de la veille, un mercenaire aussi (parfois), une légende (oh oui!) à qui ferait passer Daesh pour Disneyland. Malheureusement pour lui, il est devenu un pion gênant dans l'échiquier étriqué du Damocles, son employeur. Mais comment faire disparaître cet indésirable ? La valse des morts peut commencer.

Victor Santos nous offre avec ce "Polar", une oeuvre qui comme son nom l'indique, une histoire noire dans ce qu'il y a de plus obscure dans le genre : rude, glaciale, violent. Le pitch est rapidement posé. C'est clair, limpides et sans ambages.

D'origine espagnole, Santos a découvert son style par la pratique. Biberonné à outrance sur du Sin City (Miller) , Hellboy (Mignola) et autres, c'est sur ces bases qu'il a construit sa patte graphique si particulière rendant hommage, sans les plagiés , à ces maîtres.

C'est d'ailleurs l'alliance de son style avec le choix de ne coloriser le récit qu'en trois tons, qui fait que cette bande dessinée transpire une certaine tension , qu'elle a une tonalité bien présente au point que celle-ci respire une sorte de noblesse, de pureté assez personnel.



Je ne saurais d'ailleurs vous conseiller de jeter un oeil sur ces autres récits tel que Silhouette, The Mice Templar ou Rashomon pour n'en citer que quelques uns.

Du haut de ces presque deux cents pages, l'objet est beau, avec une couverture au format italien ce qui n'est pas pour déplaire.

En conclusion ? Un livre qui n'est pas là pour distiller l'espoir dans le coeur des enfants.

C'est chez Glénat, et c'est "sans glands"






samedi, août 26, 2017

1984 de George Orwell



"1984" de George Orwell , fut un roman qui fit date (ha ha , je voulais la caser celle-là) et qui marqua l'esprit puisqu'il nous propose , à travers un roman d'anticipation, une vision d'un monde vers laquelle nous tendons tout doucement malheureusement.

Un bouquin qui fit donc mouche et qui fut même classé dans le top 100 des bouquins genre "trop trop bien". Les mauvaises langues pourront me dire aussi que les plus grandes bouses du monde sont classée dans le top 1 Millions des meilleurs bouquins ... et je ne leur donnerai pas tort. Ne perdons pas trop de temps et prenons donc le taureau par les bourses en lui faisant faire un huit aérien histoire de voire de quel bois il est fait:)

Suite à une bonne troisième guerre mondiale, la carte du monde est complètement redessinée pour n'avoir que trois supercontinent se battant à travers une guerre perpétuelle, histoire de gratter des lopins de terres se trouvant dans un "no man's land" 

Winston, 39ans , brave gars, toutes ces dents, vis et travaille à Londres ; mais la terre d'Albion est devenue un monde où les libertés sont réduites et ou sévisse la servitude et la loi. Grâce à différent ministère tel que celui de l'amour (vous vous aimerez quoi qu'il vous en coûte), voire même la police de la pensée (pensez ce que je dis!) ; la liberté et le libre arbitre en a pris un coup.

A tel point que son propre travail consiste à réécrire certains passage de l'histoire, et ce afin de complaire le parti symbolisé par Big-Brother (bref le retour du négationnisme en gros)

Mais Winston s'interroge car ces pensées sont pris en tenaille entre ses souvenirs et ceux imposé par le parti. 
Obligé de dissimuler ces pensées et cherchant à tout pris à se soustraire de ce parti totalitariste, il tombera néanmoins amoureux de Julia avec qui il partagera les mêmes opinions politiques et ce, jusqu'à rejoindre la "fraternité", le groupe anti Big-Brother mené par le mystérieux Goldstein. 

Mais personne ne se soustrait ni ne dévie de la ligne directrice de Big-Brother ... personne; et encore moins Goldstein et Winston.

Voilà donc un roman dystopique pur-jus qui vous ouvrira les pores et vous fera bien réfléchir.
Ecrit juste après la seconde guerre mondiale, l'auteur , étant assez visionnaire, exprima sous forme de roman ses craintes et les risques de dérive que peuvent engendrer des partis politiques quand idéologie, peur et pouvoir s'entremêle. Moins de liberté individuelles,  le contrôle de la procréation , abolition de l'amour, la standardisation à l’extrême ...

Réparti en trois chapitres : le monde ou la naissance, l'amour et la mort de la pensée individuel au profit d'une pensée unique; c'est très intéressant.

Le style et l'écriture sont des plus classiques et n'ont pas pris une ride. Maintenant c'est pas du Shakespeare , c'est ultra basique pour tout dire. Le ton est terne, acerbe, propre à cet univers et tout à fait en corrélation avec le ton que l'auteur veut donner.

Il pourra néanmoins clairement rebuter le lecteur car le rythme est lent et laborieux, rempli de répétition. Si cela ne tenait qu'à moi, j'aurai dis qu'il aurait mérité d'être un peu allégé dans le nombre de page sous peine de perdre certains lecteurs dans le lavage de cerveaux des répétitions (nan mais on a bien compris que c'est un monde prison sur-veillé).

Le bilan ? Un roman engagé contre le totalitarisme, témoin d'une époque, et qui fait une bonne piqûre de rappel quand on voit ce qui se passe à travers le monde et dans certains pays ce disant "civilisé" aujourd'hui. L'ami George nous annonce le glas de nos libertés si nous n'y faisons pas attention.

Soumettez-vous, soumettez-moi!

Ps : George, merci mais la prochaine fois , fait plus cours s'il-te-plait.










lundi, août 21, 2017

Alfonso Azpiri , a king is dead


C'est avec tristesse que nous apprenons que le maître Alfonso Azpiri, né en 1947 à Madrid est décédé ce 19 Août 2017 à l'âge de 70 ans.

Référence ibérique de la bande dessinée et de l'illustration , figure iconique des salons comics madrilène , toujours adulé par les fans; il était reconnaissable grace à ces eternel lunettes fumées et son sourire paternel.

Il fut et restera une icone et une pierre angulaire pour toute une génération qu'il marqua à l'apogée du jeux vidéos dans les années 80 grâce à ces nombreuses pochettes haute en couleurs , qui firent rêver les plus jeunes d'entre-vous.

Roi de l'érotisme et de la science fiction, il se fit connaître notamment grâce à la série Mot ou la sensuelle Lorna ; et evidemment pour le design de pochettes de jeu vidéo chez des distributeurs légendaires comme Erbe, Dinamic ou Opera Soft (ie Army Movies, Abu Sibel , Camelot warriors ...)

Vous pourrez retrouver une critique sur une de ces oeuvres sur le lien suivant : http://dcafeine.blogspot.be/2013/01/lorna-dazpiri.html

Merci à l'artiste , et bonne route


vendredi, juillet 07, 2017

Fight 2D-2014 de Neeko

Fight 2D-2014 from Neeko.

Neeko ? Un studio d'animation qui fait du travail en 2D intéressant à regarder et analyser :)

Et pour d'autres sujets : https://www.youtube.com/channel/UCJRxhrnmHjWljNgn1xMFX5w

Plouf!




jeudi, juillet 06, 2017

La Dynamique du Mou

Mesdames et messieurs approchez-vous sans bousculade 
servez-vous du gin 
pour les autres p'tits y'a de la limonade 
Nous parlons poliment, à l'entrée il y a eu la fouille 
ce soir c'est organisé dans un esprit cool 

En voilà une introduction mais c'est juste pour vous mettre dans l'ambiance relax et cool :) 

Alors enfoncez votre arrière-train bien à l'aise dans votre fauteuil, car nous allons causer de "La dynamique du mou" , bouquin dont je n'attendais que quelques choses d'assez rhétorique, que ce soit dans la forme et sa luxure car , d'avance il partait avec quatre défauts majeurs qui pourrait faire fuir le petit padawan qui sommeille en vous:


  • c'est édité par une presse universitaire; et pour toute personne ayant fréquenté ce genre de lieu obscènes aux relents sirupeux, ça annonce une multitude de référence et un langage fort peu châtié.
  • ça parle du "mou" ce qui est assez abstrait en soi; à moins d'en avoir fréquenté beaucoup autour de soi, c'est assez bizarre comme sujet (de thèse) non ?
  • Ce n'est pas un roman , donc ne nous attendons pas à une histoire façon "sauvons la princesse des griffes du méchant et hop on va roucouler en vacances"
  • Et bon sang, justement c'est les vacances!!! ... vais-je prendre ce livre à la plage ?


Et ô surprise c'est très intéressant. Avant de rentrer dans le lard, faisons un petit tour avec son "unboxing"; 

Édité par Presses Universitaires du Midi, c'est léger, un papier glacé très sympa, couverture souple, format qui rentre dans une bibliothèque ... bref on ne se moque pas de la ménagère ici, c'est du bel ouvrage comme je le dis souvent quand je sirote un thé à la menthe (aromatisé aux rhum évidemment , il faut garder l'esprit lucide).

L'intérieur est quant à lui pertinent. Le sujet d'abord , le mou , kesako ? 

La terminologie en elle même manque de définition et sous couvert de ce livre, les auteurs vont tenter d'y accrocher quelques définitions. Des définitions car oui, le mou est versatile,  le mou est malléable et le mou est différent en fonction de son environnement. Le mou est plastique ? Le mou est tempérament ? Le mou dans la pop culture ? Le mou qu'est-ce ? 



Et c'est là vraiment le sujet : balayer un maximum d'univers , condenser cette analyse par différent point de vues , dans une analyse mouvementée. 

Essayé d'exprimer à travers une certaine fluidité , à travers sa sensibilité et sa violence, le sujet en lui-même sans se perdre dans d'autres. Une exploration à travers la mollesse et ces différents état de transition, entre le ciel et la terre rien moins que cela.

Intelligent, pertinent, il introduit aux fils des pages et de ces chapitres, une réflexion ouverte sur l'érotisme de la vie et du mou. Bon j'ai l'air de m'emporter, ce n'est pas un bouquin à lire d'une traite mais par morceau afin de vous permettre de faire une réflexion sur chacun des sujets.

Bémol tout de même; même si les auteurs ont utilisé un vocabulaire souvent accessible (j'ai dis souvent) , il est parfois pointu et ardu. 
Le nombre de référence parsemées en fin de page rebutera directement ceux qui veulent vraiment en faire leurs thèses de fin d'année; mais vu la multiplication de celles-ci , cela aura au moins le mérite pour les plus sado-maso d'entre vous, de combler votre ventru poitrail.

En conclusion : un livre qui souffrira de ces origines universitaires mais qui intéressera le lecteur , qu'il soit étudiant où commun des mortels voire passionné, de par la réflexion qu'il vous apportera. Bref cela va stimuler votre esprit.

Dans la matière, le oui et non ce dis mou et dur (Bachelard) ... Un peu comme quand je bois en fait! :)


La dynamique du mou
Sous la direction de Céline Cadaureille et Emma Viguier
Nombre de pages : 240
Collection L'Art en oeuvre dirigée par Isabelle Alzieu et Dominique Clévenot
ISBN : 978-2-8107-0464-4


mardi, juin 13, 2017

Infinity 8 : Trondheim/Vatine et des dessinateurs


Dans le tréfonds d'une galaxy lointaine navigue le vaisseau de classe-A : l'Infinity-8. Sa destination ? la Galaxy d'Andromède. Sa cargaison ? pas moins de 900.000 passagers de toutes races parti faire bronzette les doigts de pieds bien écartés s.v.p.

C'est a son bord qu'officie la jeune et jolie Yoko Keren, agent de police qui porte fièrement le lycra comme une seconde peau et qui est en charge de faire respecter l'ordre d'une poigne de fer ... mais à sa manière; D'autant plus qu'elle à sur ces fesses le lubrique le lieutenant Reffo et le capitaine du vaisseau à la forme tentaculaire et qui a l’habilitée de pouvoir rebooter jusqu'à 8x un moments afin de faire une boucle dans le temps et d'éviter certains désagrément :)

Mais une situation d'urgence vient de survenir : le vaisseau vient de faire un arrêt inattendu suite à l'encontre d'un amas d'artefact d'origine inconnue façon gros dépotoir, surtout qu'il est rempli de vestige symbolisant la mort sous toute ces formes; que ce soit des morceaux de villes, des débris , ou autres.

L'agent Keren va devoir investiguer et s'assurer qu'aucun danger n'y est caché ... mais c'est sans compter certains passagers Kornalien, qui non content d'être de sacré nécrophage, sentent cette bonne odeur de mort les appeler.


Sexy, fun , décomplexé, ... voilà un sympathique Space Opera qui aura le mérite de vous mettre l'eau à la bouche avec ce premier épisode d'un cycle comportant pas moins de 8 numéros;  Proposé aux éditions "Rue de Sèvres" , ce projet à pour origine le duo Olivier Vatine et Lewis Trondheim.



Alors je freine un peu tout de suite avant de continuer cette critique, mais celle-ci ne porte que sur les deux premiers cycles, je n'ai point eu entre mes fraîches mimines les deux derniers épisodes;

Alors, c'est bien ? 

Chaque cycles ou épisodes de cette série est l'opportunité de vivre une nouvelle aventure mais sous un tout autre angle car un simple élément, l'effet papillon, va donner une toute nouvelle direction. La preuve en est le deuxième épisode ou l'agent doit mené l'enquête mais elle est surtout en train de tombé sous le charme de se jeune mouvement qui à le vent en poupe et portant fièrement la croix gammée.

Encadré par une charte graphique crée par deux main gantés (et clouté), j'ai nommé Olivier Vatine et Lew Trondheim, chaque récit est tenue par un graphiste différent offrant au lecteur l'avantage de retrouver facilement notre équilibre et nous offrir une cohérence et continuité entre chaque cycle temporels (oui je sais une continuité quand on parle de reboot ça fait très euclidien).

Scénaristique-ment les deux premières histoires sont très originales et complètement différentes. Des dialogue qui mon mouche à chaque crochet de page (mouche ... crochet ... non ?) et le graphisme, étant confié à un auteur de talent différent, est simple et sans chichi (c'est pas du Goya non plus hein) vous fera une lie qui donnera un moment d'évasion à nos chères esprits; d'autant que les dialogues sont amusants, frivole et même parfois sérieux.

L'on passe donc un très bon moment de lecture; à cela vous rajoutez une jolie couverture et je pense que cette série aura du succès si elle est diffusée correctement chez tous nos libraires.

Les deux premiers épisodes sont disponibles façon cartonnée , genre bd classique ou également en format comics très très sympathique.

Sauront-ils s'échapper de ce mystérieux amas d'artefacts morbide ? Huit aventures, Huit possibilités ... à vous de choisir la votre <3




mardi, mai 16, 2017

Les Seigneurs de la Route : L’ultime Course à la Mort


Hey, vous savez ce qu'il c'est passé le 27 Avril 2015 ? Non ? Et bien au delà du fait que sir Stephen Hawkins à balancé un spoil terrible en dévoilant que Zayn Malik ferait toujours partie des One Direction dans un monde paralèlle , c'est aussi et surtout le 40e anniversaire du film Death Race 2000 de Paul Bartel, tiré lui-même du bouquin The Road de Ib Melchior

Alors pourquoi je vous en parle genre avec deux ans et quelques jours de retards ? Et bien parce qu'un reboot du reboot du reboot est annoncé en 2017 pardi!. Et oui, certains films ont leurs propres casserole (cfr le reboot avec Jason Tatane, de la grosse mécanique et de la fesse).

Mais tout d'abord, revenons aux origines de cette bd qui est la suite directe au film : Road 2000.
C'est quoi ? Road 2000 c'est une critique sociétale faites dans les années 75 , assez virulente et visionnaire sur la violence gratuite, la télé-réalité et le capitalisme.

Du coup, le film débute ans un monde gouverné par un parti unique et totalitaire , imposant sa loi martial. Afin de pacifier et calmer les plus loquaces qui serait tenté de lancer quelques canettes de Coca, le gouvernement à mis en place une course  automobile transcontinentale où tous les coups sont permis , d'autant plus que même tuer d''innocente victime peux rapporter des points. Bref c'est gore et c'est complètement à l'ouest.

Dans le rôle des pilotes on retrouvera un jeune Stallone jouant Mitraillette , un gangster italien; et dans le rôle titre ,Frankenstein interprété par un David Carradine des plus glaciale. Inutile que je vous spoil le film, allez le voir! Ce qu'il faut retenir c'est que cela se termine par un beau départ de Frankenstein qui se marie , devient président , qui abolie la course et veut reconstruire le monde (waw c'est beau , snif), tout en copulant comme un lapin en rut.





Et c'est là (enfin) que la bd démarre : X année plus tard, Frankenstein, devenu président des United States of America (à prononcer avec l'accent siouplé), va essayer de relancer la machine économique en réintégrant la fameuse course intercontinental éponyme qu'il avait lui-même interdite (faut pas chercher à comprendre). D'après lui, c'est l'occasion rêvée pour que d'autres pays viennent unir leurs couleurs à celle du drapeau étoilé (tadaaam). Sauf que voilà, Frankenstein a pris un coup de vieux et pour piloter ça ne vas pas trop le faire; pas qu'il soit en charentaises et béquilles, mais il a beau s'entretenir, c'est tout de même un vieux grelot ... 
Comment faire? Clonage je vous dis! Et voilà un Franky prêt a avaler de l'asphalte tel Diabolo et Satanas. 
Mais quid du dessous des cartes ? Et ce clone, est-il fiable ? quels sont ces intentions ? Quelques choses à déconné dans le processus ? Ou est la couille , dans le potage ? 

Et nous voici reparti dans une histoire complètement barge , avec un scénario qui tient avec du gel à cheveux.




"Tu nous vends tu rêves mon garçon là! Et la bédé dans tous cela ?"

Nul doute que l'intention de Wenna était louables : faire des pépètes en fêtant le 40ème anniversaire de la sortie d'un film culte/nanarnesque (biffer mention inutile); d'autant qu'ils ont essayé de garder l'esprit.

L'objet est sympathique avec sa superbe et magnifique couverture , mais l'intérieure est ostentatoire et optionnel de par son coté grindhouse genre j'ai colorié avec un stiff , et de par son dessin brut de coffre.

La couleur y est étalé grâce à un tramage vieillot; et le vice a été poussé jusqu'à utiliser un papier "old school" épais qui rappellera le vieux papier de toilettes low-cost que l'on rencontre dans certain camping ... bref ça gratte.




Le bilan est assez mou du bide et fort loin de révolutionner le monde; ne sera destiné qu'aux vrai , aux ardus et aux plus hardcore d'entre vous.  Conclusion ? Sortie purement mercantile, gros pétard mouillé, et bien dispendieux.

De mon coté, je remet le contact pour avaler un peu d'asphalte et chercher mes 50 points.
.



ps: Et pour le plaisir des yeux , la nouvelle bande annonce :






mardi, avril 18, 2017

Les Aventures de Spirou et Fantasio : bientôt

Vous vous imaginiez Spirou et Fantasio de cette manière ?

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18662136.html

Le film "Les Aventures de Spirou et Fantasio", avec Thomas Solivérès, Alex Lutz, Ramzy, Géraldine Nakache, Christian Clavier et le réalisateur Alexandre Coffre.





Spirou et Fantasio vont débarquer sur grand écran le 20 juin 2018 ! Thomas Solivérès etAlex Lutz tiennent les rôles principaux, tandis que Ramzy joue Zorglub, Géraldine Nakache la journaliste Seccotine et Christian Clavier le comte de Champignac.

Alexandre Coffre réalise le film (Une pure affaire, Eyjafjallajökull), qui sera un vrai film d'aventure dont une partie s'est tournée en région parisienne, et l'autre au Maroc. Les Aventures de Spirou et Fantasio est adapté de la série de bandes-dessinées éditée par Dupuis, et dont le succès ne s'est pas démenti depuis des décennies.

L'histoire du film présentera la rencontre entre le groom Spirou et le journaliste Fantasio.

SHI, Au commencement était la colère... Tome 1 de Zidrou et Homs


A peine sorti d'une polémique humanitaire hautement médiatisée, Lionel Barrington patron de la SVPPB , énorme conglomérat de fabrication d'armement, va se retrouver emporté et embourbé dans un drame qui impactera jusqu'à sa famille.

En effet, un groupuscule terroriste du nom de SHI , a dissimulé deux mines antipersonnel dans sa demeure et sa femme et son fils en ont fait les frais. Pourquoi ? Qui est ce fameux groupe SHI qui revendique l'attentat ?


Pour trouver les réponses , il faudra remonter la ligne du temps jusqu'au Londres de 1851 , à l'époque de l’exposition universelle , à l'époque ou l'empire britannique était une puissance économique colonialiste et suffisante, à l'époque où deux jeune femmes aux aspirations différentes vont se rencontrer ; 

D'un coté Juliette Winterfield , rebelle, fille de bonne famille et de père militaire, britannique de sur-crois; de l'autre  coté Kita, ex-jeune mère asiatique, immigrée et qui essaye de survivre dans se monde où ne pas être blanc ne fait pas bon vivre. 

Ensembles, ces deux jeunes femmes , ces deux jeunes mères, vont voire leur haine grandir jusqu'à comploter contre l'establishment britannique. La rancune est parfois très tenace.


Écrit par Zidrou, dessiné par Homs, cette tragédie humaine prévue en 4 volet est, pour ce premier épisode , un long prologue sur la raison du pourquoi. Visuellement l'on sent la vrai recherche graphique , architecturale et historique de l'époque et Homs s'en donne à cœur joie. Graphiquement les mouvements sont amples, dynamique , le bouton de manchette brille, les visages sont expressifs et rendent bien la personnalité des personnages; c'est sans équivoque du bel ouvrage.
Le scénario n'est pas en reste avec une histoire complexe et profonde , le tout accompagné d'une narration fort réaliste.




Derrière cela , l'on pressent un projet ambitieux prévu en plusieurs cycle d'autant plus que l'histoire est originale en brassant des sujets comme le rôle de la femme, l'époque, le patriarcat etc...

Mais le problème est ailleurs , il manque de la bonne colle pour relier tous les éléments et celle-ci s'effrite très (trop) rapidement.

Après lecture, je peux dire que ce n'est pas spécialement ma drogue du moment. Je n'ai malheureusement pas ressenti d'intérêt pour l'histoire, pas de vibration, pas d'engouement même si j'aperçoit le potentiel caché; juste un simple son de cloche car cet premier épisode n'a pour objectif que de poser les premiers jalons de l'histoire: c'est un énorme prologue.

Au delà de cela, l'on sent du potentiel qui ne demande qu'à s'épanouir et sans nul doute que les prochains épisodes seront plus dynamique avec un dénouement aussi explosif que ces premières pages mais , cet épisode est trop plat.

J'espère que les lecteurs auront la patiente d'attendre le deuxième volet de la saga avant de donner un verdict définitif.

SHI , c'est chez Dargaud, 56 pages , joli mais manque de peps , de sel et de salto arrière :)

Allo?

Envie de nous contacter ou de laisser une bafouille ? C'est par ici évidemment.

Nom E-mail * Message *